Bonne année 2023 !? ☹️🙂

Publié le 2 janvier 2023

Peut-on encore souhaiter une bonne année ? Plutôt que de débattre de ce sujet, je vous propose une petite histoire et ce que j’en ai tiré.

Il y a quelques jours, je regardais la dernière vidéo de Shubham Sharma. Il nous raconte comment, en début 2022, il a eu l’occasion de revoir son mode de vie pour entrer dans sa vie rêvée. Voyages, sport, moins de temps de travail, plus de loisirs, de temps avec des amis inspirants… Tout ce dont il avait rêvé devenait sa vie quotidienne. Eh bien, ça n’a pas duré ! Je vous laisse regarder sa vidéo, il vous l’expliquera bien mieux que moi.

Vie rêvée ou vivre sa meilleure vie ?

Souvent, notre vie rêvée contient quelques éléments qui nous font vraiment plaisir mais se développe loin des éléments négatifs inhérents à la vie sur terre ou au monde dans lequel on vit. Soyons clairs dès le début : vivre sa meilleure vie est en totale opposition avec vivre une vie de rêve, sans problème, sans obligation, sans activité lassante ou fastidieuse ! Ce n’est pas réel, même avec des millions dans des coffres ou à la retraite !

Pour 2023, je vous souhaite de vivre votre meilleure vie !

Je pourrais vous renvoyer vers Ecosia, Qwant, DuckDuckGo (ou même Google !) et terminer l’article ici. Je ne suis pas un spécialiste lifestyle qui a des centaines de flèches dans son carquois… au point de nous faire douter que l’on puisse arriver un jour à vivre sa meilleure vie. Simplement, je suis un enseignant, comme vous, avec de vrais élèves, de vrais parents, une hiérarchie. Tout ce qu’il y a de plus normal.

Quels sont les éléments que je vais — continuer de — mettre en place pour que ma vie réelle soit aussi proche que possible de ma vie rêvée et qu’elle me convienne ? Parce que si la vie en van, à laquelle j’ai rêvé il y a quelques années, pourrait convenir pour un temps, elle m’apporterait trop d’insécurité et mes élèves ainsi que mettre les mains dans le cambouis — ou dans les outils pédagogiques — me manqueraient beaucoup trop !

Retrouver une passion pour sa classe

Pour nous qui avons choisi d’enseigner, notre meilleure vie (ou vie de rêve) inclura forcément la classe. Quelles sont les nouveautés que nous n’avons jamais osé mettre en place ? Quel changement n’avons-nous pas osé effectuer ? Je sais bien que le quotidien prend déjà beaucoup de temps et d’énergie et que, par peu que cette volée comprenne plusieurs élèves à besoins particuliers, il ne vous reste que peu de ressources pour aller plus loin… Mais pourquoi ne pas utiliser les 5 % restant pour essayer ? Ou bien allumer une petite étincelle de folie dans cette journée qui se passe bien pour enflammer d’enthousiasme tout ce petit monde ? Pourquoi ne pas sortir au parc simplement parce qu’il fait beau et transformer cette leçon rébarbative de grammaire en de petits jeux qui permettront aux élèves d’apprendre tout aussi bien la notion, l’enthousiasme et le souvenir en plus !

matches-6609530_1920.jpeg
Pixabay.com

Notre classe de rêve, n’est-elle pas souvent un petit plus, une petite étincelle plutôt qu’un branlebas de combat intense ?

Se concentrer sur ce qui nous unit plutôt que sur ce qui nous divise…

Alain Berset, Les vœux du Président de la Confédération à l’occasion du Nouvel An, 2:02

Nous avons généralement tendance à grossir un élément de désaccord au point de ne voir plus que lui, laissant de côtés les nombreux éléments qui rencontrent l’approbation de beaucoup.

Avec les élèves, parfois les parents ou les collègues, les différences de point de vue sont fréquentes et peuvent mener à d’âpres discussions, sans permettre un changement en profondeur… Souvent, ce sont des détails qui nous divisent alors que nous sommes d’accord sur bien des points :

  • une progression globale
  • un objectif de vivre ensemble
  • des progrès

Peut-être qu’annoncer d’abord nos points d’accord bien nombreux avant de relever un élément de changement nécessaire permettrait d’obtenir un accord également sur ce dernier.

Choisir ses combats

De la même manière que nos élèves ne peuvent pas progresser sur tous les fronts simultanément et que nous devons pédagogiser les apprentissages et accepter des étapes, nous ne pouvons pas mener de front tous les combats qui se présentent à nous.

1672590903576.jpeg
La puissance de faire un pas en arrière, LinkedIn, TeacherGoals

Choisir ses combats, c’est aussi battre en retraite ou repousser d’autres éléments. Vivre avec l’insatisfaction d’une vie pas encore achevée, n’est-ce pas aussi une vie de rêve ?

On n’aime souvent pas remettre à demain ce que l’on pourrait faire aujourd’hui. On attribue cette tendance à la paresse et à une certaine tendance de laisser aller. Pourtant, il est tout aussi juste de penser que l’on ne peut pas tout faire aujourd’hui, cette semaine, cette période… avec cette classe… qu’il y a de petits ou plus grands projets que nous mettrons en place pour la prochaine volée. Sans quoi, notre vie deviendra davantage un enfer qu’un rêve. Avec toutes les conséquences pour nous et ceux qui nous entourent.

Une vie pour prendre soin

J’ai commencé à enseigner au millénaire passé avec de grands principes, de grands idéaux et une rigueur certaine. Comme je le dis fréquemment à mes élèves actuels, si les anciens nous voyaient en classe actuellement, ils seraient jaloux des libertés que vous avez et qu’ils n’ont pas eues.

girl-taking-test-in-school-2022-03-31-10-07-52-utc.jpeg
Pixabay.com

Le monde évolue, l’âge nous fait nous élargir et souvent changer de lunettes. Lorsqu’une sanction devrait tomber selon le règlement de classe, j’ai appris à me demander d’abord : aurais-je une bonne raison de ne pas la donner. Est-ce que je prends plus soin de l’enfant en lui donnant cette sanction pour son avenir ou en ne la lui donnant pas — un peu comme un roi ferait grâce — pour son présent ? Est-il en état d’affronter ce combat maintenant ou en a-t-il déjà suffisamment dans sa vie personnelle, familiale, scolaire,… ? Passer de l’égalité à l’équité n’est vraiment pas évident pour ma part. Je peine à envisager le gris clair et le gris foncé à la place du noir et blanc… mais je crois que c’est ainsi que nous prenons le mieux soin de nos élèves.

La classe de rêve, c’est la mienne !

Il n’y a pas deux classes identiques. Lorsque j’étais à l’École normale à Bruxelles, notre directrice aimait nous rappeler qu’au-delà des courants pédagogiques et de toutes leurs qualités, la meilleure manière d’enseigner serait la nôtre, celle qui nous conviendrait, qui nous ressemblerait, celle avec laquelle nous serons à l’aise.

Ma classe n’est pas celle de ma voisine. Elle n’a pas à l’être. Ce que j’aime et mets en avant ne le sera pas dans la classe parallèle ou d’à-côté. C’est la diversité, la différence, la complémentarité. Durant leur scolarité, les élèves ont cours avec des dizaines d’enseignants, tous différents et complémentaires. C’est avec ce panel divers d’enseignants que les élèves apprendront et croîtront. Si nous ne sommes pas nous-mêmes, il leur manquera une composante.

Que cette année 2023 soit une année de rêve parce que …

  • vous aurez allumé des étincelles
  • vous aurez choisi de voir ce qui rassemble avant ce qui sépare,
  • vous aurez choisi et mené à bien vos combats, tout en laissant certains d’entre eux pour la prochaine volée,
  • vous aurez créé une classe qui vous ressemble,

parce qu’un certain nombre de vos rêves seront devenus réalité.

Calendrier 2023 ENS

Ceci pourrait aussi vous intéresser…

Inscrivez-vous à notreNewsletter

Restez informé des nouvelles publications !

Pas de SPAM, seulement 4 lettres de nouvelles par année.

Vous êtes inscrit. Un message pour confirmer votre inscription arrivera sous peu dans votre boîte aux lettres électronique.

Pin It on Pinterest

Share This