Je déteste lire

Publié le 20 décembre 2022

… et pourtant je lis des heures chaque jour !

On dit qu’un Américain moyen lit actuellement 4,5 heures actuellement alors qu’il lisait 1,5 heure en moyenne il y a 50 ans. Comment ? Pourquoi ? À cause du numérique !

Ce ne sont plus des livres qu’on lit aujourd’hui, ce sont des articles — au mieux — ou des publications de réseaux sociaux — la plupart du temps !

Je n’ai jamais eu de grand intérêt pour la lecture de livres, de romans, d’histoires… toutefois je regarde volontiers des films ou des séries, parfois de qualité très moyenne.

Cependant, je suis très friand d’informations, pour les distiller, pour les agréger, les réutiliser, les partager. Ainsi, je lis beaucoup, et probablement plus que toutes les grandes lectrices dans ma famille… mais pas de livres, ni des histoires !

J’aime lire pour trouver des informations, principalement sur des supports numériques.

Lorsqu’on enseigne la lecture à nos élèves, on leur propose de lire des petites histoires, puis des livres un peu plus épais et enfin, on est émerveillé lorsqu’ils lisent des briques de plusieurs centaines de pages avant l’âge de 10 ans. Pourtant, un certain pourcentage des élèves ne se retrouve pas dans ce « rêve » . Ça les indiffère, peut-être parce que c’est trop passif, peut-être parce que ça ne répond pas à leurs besoins.

Il y a quelques années, j’ai demandé à des parents, comme souvent, d’encourager leur fils à lire au moins 10 minutes par jour. Devant leur air dubitatif, je leur ai proposé de lui permettre de lire des encyclopédies… et ça a marché !

Lire n’est pas seulement lié à l’imaginaire, ce n’est pas uniquement une évasion, un passe-temps, un loisir. Lire, c’est ce que nous faisons tous, au quotidien. Si le monde est devenu de plus en plus numérique durant ce début de siècle, une grande part des informations est communiquée de manière écrite, au moins partiellement.

Mais on ne lit pas de la même manière un texte narratif et un texte informatif : le premier est plus linéaire, avec une suite d’événements attendus. Le second est plus volatil, on cherche des informations et des liens entre elles, surtout pour répondre à des questions que l’on se pose, sans lire tout le texte. Je ne pense pas que ce soit mieux ou moins bien, c’est simplement différent.

C’est pourquoi, depuis quelques années, j’enseigne à lire efficacement tant un récit narratif qu’un texte informatif, chacun avec leurs particularités et les nécessités de leur fonction.

Même s’il y a de plus en plus d’informations qui nous parviennent par le son et/ou l’image, le média lecture n’a jamais été aussi présent dans notre vie quotidienne, ne fusse que pour choisir les éléments à regarder ou écouter.

Ce n’était pas mieux avant, ce n’est pas mieux aujourd’hui, c’est simplement un peu différent.

Ceci pourrait aussi vous intéresser…

Inscrivez-vous à notreNewsletter

Restez informé des nouvelles publications !

Pas de SPAM, seulement 4 lettres de nouvelles par année.

Vous êtes inscrit. Un message pour confirmer votre inscription arrivera sous peu dans votre boîte aux lettres électronique.

Pin It on Pinterest

Share This