LesEnfantsDeParentsDivorcesIl y a plus de 15 ans, je rédigeais un mémoire ayant pour thème "Les enfants de parents divorcés" avec une collègue de l'école normale. Outre les aspects judiciaires - belges - nous y développions quelques pistes pour enseignants afin qu'ils puissent comprendre et peut-être aider les enfants qui passent par cette période tourmentée. Aujourd'hui, à la faveur d'un dossier dans un magazine, je remets mes connaissances à jour et vous partage quelques considérations nouvelles et anciennes.

La conclusion de notre mémoire tenait en peu de mots : le divorce des parents ne crée pas de problème chez l'enfant mais il met en évidence les difficultés et problèmes latents ou existants d'une nouvelle manière.

Conséquences toujours différentes

La séparation de la cellule parentale qui est sensée assurer amour et sécurité - sur tous les plans - engendre premièrement une grande incertitude chez l'enfant. Que vais-je devenir ? Comment ma vie va-t-elle se prolonger ? Est-ce que je vais vivre les mêmes difficultés que tel ou telle a vécu durant le divorce de ses parents. Suis-je responsable de ce qui arrive ?

Au niveau émotionnel, l'enfant vit aussi une période particulièrement troublée : de manière compréhensible ou non, les enfants sont déstabilisés. Ils le montreront de manière différente selon leur âge et leur personnalité.

Des différentes situations que j'ai pu côtoyer durant plus de 10 ans d'enseignement, j'ai pu voir que l'enfant n'est jamais indifférent mais qu'à l'opposé, il n'y a pas non plus de passages obligés. Certains se concentreront tout particulièrement sur leur vie scolaire, comme une échappatoire ou pour que ce domaine - si important aux yeux des parents - aille au moins bien. D'autres seront terriblement perturbés dans leur concentration et, les émotions bouillonnants, seront souvent incapables d'appréhender de nouvelles notions.

Pour d'autres enfants, c'est au niveau du comportement que la tension intérieure va se faire sentir : mauvais moral, irritabilité, conflits courants, ...

Des pertes mais parfois aussi des gains

Il est clair que le déséquilibre - momentané ou plus long - qui naît de la séparation des parents entraîne des difficultés, mais après un certain temps - et parfois un temps certain - il peut aussi produire de bonnes choses.

  • Ainsi, les enfants ou adolescents qui sont passés par là auront une plus grande maturité et comprendre les choses de la vie plus tôt - mais parfois aussi trop tôt.
  • Les enfants pourront bénéficier de 100 % du parent avec lequel ils sont. Les parents peuvent également pleinement jouer leur rôle "différent". Cela peut être un bénéfice pour les enfants de découvrir la "vraie personnalité" de chacun des parents, au détriment de la cohérence qui est profitable, au moins aux enfants les plus jeunes.

Quelques pistes pour les enseignants ...

Je terminerai ce billet par quelques pistes concrètes pour les enseignants.

  • Laisser aux enfants la possibilité de parler aux enfants de leur vécu de la soirée ou du week-end, en privé lors de l'arrivée le matin, ou dans le temps d'accueil du groupe . Non seulement l'enseignant pourra recevoir quelques précieuses informations mais l'enfant pourra aussi se décharger d'une partie de ce qui le charge. bien sûr, tous les enfants ne saisissent pas cette occasion.
  • Comprendre la difficulté de l'enfant qui partage deux domiciles et, le cas échéant encourager les parents à aider à prévoir ce qu'il doit emporter à la maison et de la maison.
  • Rester à tout prix neutre. Notre rôle n'est pas de faire tampon entre les parents, ni d'être leur messager. Par contre le rôle de l'enseignant est de transmettre les informations aux deux parents, sauf ordre contraire d'un juge. Cela peut être un casse-tête parfois. Dans d'autres cas, les parents ne s'opposent pas à être tenus au courant de la scolarité de leur enfant lorsqu'il est chez eux.

Je termine par vous proposer nouveau le téléchargement de la version originale de notre mémoire de fin d'école normale.