Titulaire remplaçant : cette appellation semble assez connue en France, peut-être la série "L'instit" a-t-elle permis de répandre cette vision - très idéaliste - de la fonction. Lorsque j'ai postulé pour cet emploi, le projet n'était qu'à sa deuxième année d'existence. Je vous livre ici la "journée type d'un titulaire remplaçant".

De manière quelque peu caricaturale, un lundi matin presque comme tous les autres ...

  • 7.15 Alors que le train est annoncé à la gare, les secrétariats scolaires à 30 km de là reçoivent les premiers appels d'enseignants malades. Le branlebas de combat commence. Dans 1 h 15, les élèves arriveront dans les classes et il faudra un enseignant pour chacune d'elle.
  • 7.20 Mon natel sonne. Mon mandat est annoncé : collège, niveau, nom de la maîtresse et ses coordonnées.
  • 7.22 Toujours dans le train, je profite du calme relatif et de mon natel pour prendre contact avec la maîtresse. Programme de la journée, n° de la classe, emplacement de la clé, activités spéciales pour l'un ou l'autre élève, éléments importants à ne pas oublier, élèves à surveiller particulièrement au niveau médical, des apprentissages ou du comportement. Le briefing du matin suffira la plupart du temps à bien gérer toute la journée, voire même plusieurs jours.
  • 7.40 Le train entre en gare.
  • 7.47 Le bus arrive, l'école est proche.
  • 8.00 Arrivée à la salle des maîtres, la prise de contact avec les collègues, les lieux, les habitudes du collège ainsi que la préparation concrète de la journée peuvent commencer.
  • 8.25 Les élèves arrivent, surpris par une nouvelle tête.
  • 8.35 La première surprise passée, nous faisons les présentations.
  • 9.00 La journée est enclenchée et le reste se déroulera - presque ! - comme si l'enseignante était en classe.

Bien sûr, il s'agit là d'une situation idéale, qui doit recouvrir environ la moitié des cas. Parfois, j'ai été prévenu la veille et tout est déjà planifié. D'autres fois, les appels ont lieu plus tard et ce n'est que vers 8.00 que je peux prendre contact avec l'enseignante. Dans tous les cas, l'arrivée des élèves met alors un point final à la préparation et l'improvisation commence, au moins jusqu'à la récréation du matin ... pour autant que je ne sois pas de surveillance.

Certaines fois, un plan de travail précis et détaillé est laissé sur le bureau, d'autres fois, les informations sont plus que lacunaires et inexactes. Avoir des idées pour occuper n'importe quelle classe d'élèves (de 5 à 11 ans) est toujours une bonne idée ... même si on n'a pas toujours besoin de s'en servir.