S'arrêter c'est bien et nécessaire ... Cela peut aussi servir à réfléchir aux raisons pour lesquelles nous nous sommes engagés. Petites réflexions à ce sujet ...

Il y a quelques jours, une de mes anciennes élèves m'a envoyé un questionnaire: elle commence ses études d'institutrice et me posait différentes questions en rapport avec mon engagement.

Au-delà de l'aspect sympathique des choses et de la petite pensée sarcastique : "Au moins, je ne l'ai pas trop dégoûtée", répondre à ses questions a été pour moi comme une nouvelle interrogation sur mes raisons de me lever tous les matins, d'investir mon énergie, mon temps et mon argent.

Il y a un peu plus de 15 ans, lorsque j'ai décidé d'entreprendre des études d'enseignant, je désirais aider les enfants à acquérir les apprentissages de base de la vie: lire, écrire, calculer. Ma première attribution en classe de 1e et 2e année m'a permis de mettre cela en pratique, au sens premier du terme.

Ensuite, au fil du cours de la vie et des différentes rencontres et classes, la vision a quelque peu évolué ... Elles se sont élargies, enrichies, ... mais elles sont également devenues plus réelles - ou réalistes - plus ancrées dans la réalité, moins extrêmes ... Ainsi, aujourd'hui, après près de 10 ans de quotiden en classe, je désire toujours transmettre ce que je peux à mes élèves, les aider à entrer dans la vie et dans leur vie.

J'ai souvent entendu dire que les enseignants étaient sévères et précis dans leurs exigences au début de leur carrière et qu'ils devenaient des papas (mamans) bonbons  vers la fin de leur carrière. Ne deviendrait-on pas un peu plus réalistes ?