Aujourd'hui, lundi du jeûne fédéral, ... pour rattraper le retard.

Foncer à 200 à l'heure à l'école a un coût : la fatigue. Les journées sont devenues tellement intenses depuis cette rentrée que, jusqu'à ce que je m'y habitue - si jamais ça arrive un jour - les nuits se sont faites bien plus longues, jusqu'à 9h30 de sommeil par nuit. Partisan de la devise : " Mieux vaut un prof en forme qu'un prof parfaitement prêt" , je préfère prendre le repos nécessaire que de risquer d'être à bout de force en classe.

Bien sûr, ce n'est ni gratuit ni sans conséquence au niveau du travail. Comme il n'est pas toujours possible de compresser les tâches, il y en a qui restent en arrière. Personnellement, c'est le ménage qui en prend pour son grade. Alors ce jour de congé est le bienvenu pour faire le ménage, la lessive, le repassage et, en prime, nettoyer la voiture dont la couleur blanche n'était plus qu'un lointain souvenir.

Forcément, qui dit jour de congé, dit jour en moins dans la semaine, le programme sera donc revu pour garder les essentiels du lundi et supprimer le reste.